dimanche 15 novembre 2015

Des hommes et des armes

Toi, Toi, Salut.

Ce vendredi 13 novembre, comme tout le monde, j'ai appris la terrible nouvelle. Alors que j'avais la chance de passer une soirée avec ma copine, j'ai appris que, là-bas, pas loin, à Paris, d'autres perdaient ceux qu'ils aimaient (ou non d'ailleurs, qu'importe) sous les balles et les bombes.
Alors oui, je sais, je réagis aux attentats de Paris et pas à ceux de Beyrouth, reprochez-le moi si vous voulez, mais ne croyez pas que je fais une différence. Aucune mort provoquée par un autre être humain n'est justifiable, je les condamne toutes, mais cette fois je réagis à quelque chose qui s'est passé près de chez moi. Peut-être est-ce parce que j'ai déjà entendu les nom des rues, de la salle de spectacle et du groupe qui s'y produisait, peut-être est-ce parce que j'y ai quelques amis ou peut-être est-ce parce que je peux presque m'imaginer les dernières paroles, en français, de ceux qui sont tombés ce soir là... peu importe, j'avais la gorge nouée.