samedi 29 août 2009

PAF!

Martien, Martienne, Bonjour!
Aujourd'hui j'aimerai vous parler de personne qui ont un des travaille les moins facile au monde. Je veux parler bien sûr des...astronomes! Et oui, car ces personne dont le travail consiste à observer le ciel sont aussi les personne qui pourront prévoir l'impacte de certaine "géocroiseurs":En astronomie, les objets géocroiseurs sont des corps célestes susceptibles à un moment ou à un autre de percuter ou de passer à proximité de la Terre. Ils sont souvent désignés par

l'acronyme NEO, de l'anglais Near Earth Object: objet proche de la Terre. Donc si ces personne peuvent dire si des astéroïdes vont s'encrasser sur la terre, ils n'appartient qu'à eux de décider si d'autres gens doivent êtres au courant... le dire à tout le monde et risquer créer un psychose ou ne rien dire et attendre que l'astéroïde frappe sans rien faire. Inquiétant non?
En attendant la fin du monde...
A Ploutch!

mardi 25 août 2009

Et moi pendant ce temps là...

Les Amis, Les Amies, Kikou!
Voilà déjà huit jours que je n'ai rien poster (et le dernier poste en date est un poste administratif) mais heureusement pour vous je vais en poster d'autre... Mais pas tout de suite! En effet si je vous écris ici c'est pour vous faire patienter encore un peu et vous dire que j'ai trois article en cours et un éditorial en discussion... Pour ne pas vous vexer je vais quand même mettre quelque chose de bien ici: Le clip de "Can't stop feeling". Vous remarquerez sa grande qualité d'image (en HQ) et le fait que les propriétaire de la vidéo n'ont pas souhaiter la bloquer pour le partage (ce qui est très rare et gentil)!

A Ploutch!

lundi 17 août 2009

Du neuf...

Lecteurs, Lectrices, Bonsoir.
Alors voilà un petit poste pour vous dire que ma méthode d'écriture peut/va changé à partir de maintenant. En effet j'ai décidé de ne plus m'obliger à écrire mes article en une fois...pourquoi? Eh bien il m'arrive parfois d'avoir de super bonne idée en matière de note mais ces dernière étant trop courte je ne les publie pas puis les oublie. Je me suis donc dis que des postes en plusieurs parties ne serait pas un mal du moment qu'ils restent "natures".
Voilà c'est tout
A Ploutch!

mercredi 12 août 2009

Feuille, caillou, guerre...

Amis, Amies, Salut!
Eh bien voilà encore une petite note née de mes pensées farfelues et confuses! Comme d'habitude en regardant le journal j'ai été désespéré de voir que les attentats et les guerres ne s'arrêtaient pas malgré les efforts de certains êtres plus sensés que d'autres. Alors je me suis dis que de régler les conflits de manière pacifiste ne serait pas une mauvaise chose. J'ai tout d'abord pensé à un jeu de hasard comme pile ou face mais, après réflexion, je me suis rendu compte que l'homme, ne contrôlant pas le hasard, le remet toujours en cause (il a aussi la mauvaise habitude de vouloir l'influencer). Il me fallait alors trouver un jeu simple, non dangereux et, pourquoi pas, ludique. La solution que j'ai choisi fut donc le "feuille, caillou, ciseau"! Je ne voyait donc aucun moyen de tricher (si on y joue dans les règles de l'art) et il y aurait un vainqueur qui pourrait se vanter de sa performance (très important pour que le jeu marche). J'avait donc là une idée qui permettait de régler un conflit sans aucun mort ni dégât...mais c'est bien là le problème! En effet si il n'y a pas de perte rien n'empêcherait le vaincu de demander une revanche et ainsi de suite! La seule chose que cette solution apporterait serait le chaos! Donc si on résume il faut quelque chose qui provoque des perte humaine et que les chefs d'état pourrait contrôler (depuis leur canapé)...l'homme est vraiment con!
A Ploutch!

jeudi 6 août 2009

Petit récit de voyage sans intérêt

Italiens, Italiennes, Ciao!
Comme vous pouvez le constater je rentre d'un petit voyage de quatre (cinq) jours à Gènes. C'est donc tôt dans le nuit du 2 (environ 7h45 du matin) que j'ai embarqué dans un train et en même temps dans une aventure farfelue. Après un voyage passé à lire des mangas et à écouter de la musique, nous (ma sœur et moi) sommes arrivés à Milan où nos parents nous attendaient. C'est à la gare de milan que l'aventure commença. Quand la faim nous pris et que nous dûmes commander de quoi manger avec pour seul italien celui de mon père. Après s'être tassé la cloche avec un repas durement gagné nous avons pris la route en direction de Gènes...du moins c'est ce qu'on pensait. Quand nous vîmes que l'autoroute que nous avions pris menait à Turin nous dûmes faire un détoure qui passait par une autre autoroute...bouchée! Après de longue minutes (heures?) d'attente et deux bonne heures de routes nous nous sommes retrouvé dans notre hôtel qui était plutôt bien! Ensuite de quoi nous sommes partis vers l'inconnu...Se suivirent alors les café les office de tourisme et les pizza jusqu'à ce que l'heure de rentrer sonna. L'hôtel étant plutôt bien situer il nous suffisait de prendre le bus n°1 quelques arrêts pour nous y rendre...mais cela aurait été trop facile! Il a fallut que le bus ne passe pas au même endroit pour monter et pour descendre et que nous ne le sachions pas pour que s'en suive 1h30 de bus pour faire la boucle et rentrer enfin à l'hôtel!

Le lendemain a été, lui, dédié à la découverte de cette ville. Nous avons donc rejoint le centre de la ville pour y visiter l'aquarium de Gènes que touts les prospectus vantent d'une manière qui a fait rire ma sœur et moi: « caresser une raie ou se laisser effleurer par le battement d'ailes d'un colibri ... ». Plus tard dans le journée nous avons fait un tour touristique en bus avant de souper dans un petit restaurent typique. Quand est venu l'heure (21h40) de reprendre le bus nous nous sommes rendu compte que les automates n'étaient pas accessibles et que le conducteur ne voulaient pas nous vendre des billets...nous dûmes donc voyager « clandestinement » . Une fois à l'hôtel ma sœur s'est demandé à quoi servait la petite ficelle qui pendait contre un des mur de la salle de bain. C'est que après avoir répondu au téléphone qui sonna subitement qu'elle me dit qu'il s'agissait enfaite de l'alarme. L'avant dernier jour nous avons déjeuner dans un petit restaurent au bord d'une route avant d'aller voir les palais de Gènes (Rosso, Bianco, Tursi) ce qui, je dois bien l'avouer, ne m'a pas vraiment plu et qui a valu à mes parents une « prise de bec » entre ma sœur et moi. Après cela nous avons fait les magasin et, étonnamment, j'y ai trouvé deux Cds de groupe qui sont extrêmement durs à trouver en Suisse: "Red" de King Crimson et "Libertad" des Velvet Revolver. En fin de soirée nous avons pris le bateau pour aller manger dans un petit restaurent au bord de la mer (la serveuse passait des chanson depuis sont mp3 et elle a passé entre autre « sweet child of mine »).

Le dernier jours nous nous sommes levé assez tôt afin de faire encore les magasin un petit moment avant de repartire. Le moment tant attendu arriva bien vite et, en entrant dans la voiture, je me voyais déjà à la maison jouant à « Team Fortresse 2 »... je me mettais le doigt dans l'oeil et pas qu'un peu! En effet, après une heure de route la voiture décida de nous lâcher. Mon papa essaya, en vain, de trouver le problème et nous dûmes rouler à du 40km sur l'autoroute affin d'atteindre le village suivant. Nous fûmes accueillis par un garagiste fort spathique qui nous amena jusqu'au garage d'un autre garagiste, spécialiste en carburant, qui fit une batterie de tests. Le diagnostique tomba: catalyseur cassé. Nous avions donc deux choix: 1.Nous rentrions à Lausanne (300-400km) à du 50km avec le risque que le pot d'échappement fonde 2.Nous attendions le lendemain pour régler le problème...mes parents on donc choisit la sécurité et on décidé de dormir dans le village en attendant de réparer la voiture (à mon grand désespoir). Pendant la nuit un terrible génocide de moustique à la ballerine eut lieu avant que je puisse m'endormir.

Le (véritable) dernier jour j'ai fait la grasse mat' pendant que mes parent sont aller déjeuner et faire les magasin. Vers midi la voiture était prête et nous avons pu reprendre la route. La première escale fut à Aoste puis nous avons roulé jusqu'à Lausanne au son des groupe de musique Bergamasque.

Bref, ce fut des vacances riche en émotion et en aventure...

A Ploutch!